Le rôle de « commune du commerce équitable »?

« Communes du commerce équitable » est une campagne qui a pour objectif de sensibiliser à la thématique du commerce équitable et à tendre vers une consommation responsable. Elle est donc un moyen pour atteindre les objectifs du développement durable (signés par 193 chefs d’Etat dont la Belgique) : et particulièrement l’objectif 12 qui concerne la consommation et la production responsables. A ce titre, une étude menée par le IFDD (Institut Fédéral pour le Développement Durable) stipule que la Belgique a encore de nombreux efforts à fournir pour atteindre cet objectif.

Il faut donc agir ! Commune du commerce équitable est une des nombreuses clés d’action. A travers cette campagne, nous sommes persuadés que la commune peut agir en

  1. Sensibilisant les citoyens et citoyennes à la consommation responsable
  2. Consommant et donc en Montrant l’exemple : montrer que c’est possible, que des alternatives existent et qu’elles sont à la portée de tous.
  3. Mobilisant les acteurs autour du projet

Actuellement, 40 communes de la Wallonie et de la région de Bruxelles Capitale ont obtenu le titre et près de 50 autres communes s’engagent activement à le devenir. Un pas de plus vers un commerce plus juste et respectueux de l’environnement et de l’humain. Nous sommes convaincus que cet engagement peut être plus fort et nous sommes bien décidés à convaincre les futur.e.s élu.e.s à en faire une leur de priorité : la consommation responsable au niveau local!

Depuis le mois de septembre, nous interpellons les candidats et candidates de différentes communes lors des apéros-politiques organisés par le CNCD-11.11.11. Découvrez les résultats pour les communes de Mons, Wavre, Ottignies-Louvain la Neuve et Bruxelles-Ville.

D’autres apéros-politiques ont eu lieu à Namur, Liège, Arlon et Nivelles. Retrouvez les résultats de ces débats sur le site d’achACT : élections 2018.

Bruxelles-Ville – 179.277 habitant.e.s

La ville de Bruxelles est une commune du commerce équitable depuis 2006. Depuis quelques années, le comité de pilotage n’est plus actif et la campagne « commune du commerce équitable » n’est plus un projet en tant que tel des acteurs locaux. Il est grand temps de relancer la dynamique. Pour cela, nous avons questionné les candidat.e.s lors de l’apéro-politique du 20 septembre autour de la table co-animée par Commune du Commerce équitable, achACT et Oxfam autour des marchés publics de vêtements de travail et de la consommation de produits équitables.

Résultats :

Les 6 candidat.e.s rencontrés se sont tous engagés à intégrer des critères de commerce équitable pour les produits alimentaires venant du Sud et des clauses environnementales et sociales pour les vêtements de travail, de sécurité et promotionnels.

Au-delà de cet engagement, voilà ce nous retiendront des discussions avec les candidat.e.s de Bruxelles-Ville :

Delphine Houba (PS) s’engage à tendre vers 100% de produits bio, locaux et de saison dans les collectivités communales. Egalement, elle s’engage à mener une politique d’éducation à la citoyenneté mondiale et solidaire et à former le personnel administratif et les mandataires politiques à la consommation responsable.

Bertin Mampaka (CDH) s’engage à sensibiliser le personnel communal et à dynamiser le comité de pilotage.

Mathilde El Bakri (PTB) s’engage à développer davantage la sensibilisation dans les écoles communales, à développer une charte éthique pour favoriser les commerces responsables sur la ville de Bruxelles et à les soutenir vers une démarche équitable.

Olivier Eggermont (MR) s’engage à agir sur les marchés publics, à faire de Bruxelles une ville exemplaire et à augmenter la sensibilisation dès le plus jeune âge.

Laurent Moulint (Change.Brussels) à faire de Bruxelles un exemple en terme d’achats, à avoir une communication cohérente et à établir une charte/ligne de conduite pour les commerces et entreprises privées sur le territoire.

Benoit Hellings (Ecolo) s’engage à stopper la consommation de produits issus des géants de l’agriculture/les multinationales et à intégrer dans tous les marchés publics des clauses environnementales, sociales et éthiques. Il s’engage aussi à supprimer les pubs commerciales dans l’espace public, à créer une ferme urbaine sur les toits des bâtiments communaux.

De plus, chaque candidat.e a pu compléter un questionnaire distribuée à la fin de la discussion. Voici les résultats principaux :